Les emissions

Emission 1

« A vos marques, prêt, pâtissez ! »
C’est donc parti, je me lance dans un défi personnel et de taille, réaliser des coques de meringue suisse, dans lesquelles je mettrais une mousse au citron avec des billes de crémeux à la rose, surmonté de morceaux de crumble aux spéculos, et de la meringue pochée dessus.
Sur le déroulé de ma recette tout se passe comme je le veux du moins presque car il y a une expression que tous les candidats du meilleur pâtissier valideront : « Sous la tente rien ne se passe toujours comme prévu ».
Je commence par réaliser la meringue pour mes coques, les poches dans le moules, les enfourne, tout est OK. Le démoulage parfait, je ne casse rien, mais elles sont fines donc très fragile. Mais c’est SUPER.
J’enchaine avec mon crémeux à la rose, ma mousse au citron et mon crumble. Rien ne pose vraiment de problème sauf peut-être mes billes de crémeux, puisque je dois les couler vite, et en bon élève j’ai attendu mon cameraman… mais ce n’est rien.
Arrive le moment du dressage, je mets donc la mousse dans mes coques, quelques billes de crémeux, mon crumble et des petites pointes de meringue. Tout est Ok, j’ai mes 6 desserts sur l’assiette. Mais je décide de rapper le dessous pour qu’il ne tombe pas sur l’assiette, car oui à la fin de l’épreuve nous allons manger donc l’assiette va bouger et je ne veux pas prendre le risque d’en faire tomber une. Je prends ma râpe et je commence. La suite vous la connaissez tous : « oh le drame » car oui, je casse une coque, et je ne la fends pas, elle explose dans mes mains. A ce moment-là, je n’ai qu’une idée en tête finir mon épreuve même si je n’ai que 5 coques.  
5, 4, 3, 2, 1, c’est fini.
Une épreuve de fini, on est dedans c’est vraiment parti, et je prends conscience de l’ampleur de ce concours, et je réalise surtout qu’on n’est pas là pour rigoler.
La dégustation arrive et le constat est sans appel : trop sucré. Ben oui, forcément je n’ai mis qu’un citron au lieu de deux dans ma recette… Boulet.

Et je tiens à rectifier une chose qui n’apparait pas lors du montage, l’ensemble est trop sucré car on ne sentait pas le citron, mais pour reprendre les mots de cyril en entier : « tes coques sont très fine, et ça c’est bien, parce que la difficulté c’est de faire des coques bien fine »
Verdict de la dégustation : Mathieu, sylvain et leila arrivent dans les tops (une pestouille est dans la plaaaaace), quant à cristina, andrée et nathalia elle sont dans le bas du classement. Mais rien n’est joué, l’épreuve technique de mercotte est la pour éventuellement changer la tendance ou la confirmer.

En route, pour l’épreuve technique Mercotte. Et là encore rien que de l’écrire je ressens le stress dans lequel j’étais. Car oui ca fait un moment que je fais de la pâtisserie. Mais quand je suis chez moi, la recette, je prends le temps de la lire et de la comprendre, et surtout visuellement je sais à quoi ca doit ressembler…. Là, je n’ai rien de tout cela. Mais haut les cœurs et en avant pour le chaja paysandu… Qu’est ce que c’est que ce truc ? Et bien en lisant la recette je me dit que tout n’est pas compliqué, enfin…. C’était sans compter sur la confiture de lait que je n’avais jamais fait… et qui deviendra et restera pour tous : du lait chaud. Déjà que le vivre c’était frustrant, mais alors quand je l’ai vu c’était tout autre chose, un gros mélange de honte et de rigolade… je m’en souviendrais toujours, ceci dit j’ai eu la chance de participer à la masterclass avec mercotte et maintenant je maitrise la confiture de lait.  Pour le reste et bien, on se débrouille comme on peut, direction la dégustation.

Pour le classement j’arrive en 10ème position, ce qui n’est pas forcément bien mais je me dis que ce n’est que le démarrage et puis je ne suis pas dernier. Matthieu arrive quant à lui premier, il est donc pour le moment le seul candidat bien positionné pour décrocher le tablier bleu. Mais il l’heure d’aller se coucher, parce que bon il est 1heure du matin, donc le temps de faire les dernières interviews et d’arriver à l’hôtel, on n’est pas encore couché.

Le lendemain matin, on se réveille il est 6H….et comme je dis souvent : « ca piiiiique », mais aujourd'hui, nous attends une épreuve sur laquelle je peux montrer ce que je sais faire.

Arrivé au château, le temps de prendre un petit jus d’orange, qu’on nous équipe des micros, et hop c’est parti, les interviews, le tournage de l’entrée sous la tente, Julia et le jury qui arrive, puis l’annonce du chef présent pour cette épreuve.

Le couperet tombe, le sujet : l’Age de glace. Autrement dit un dessert glacé qui mettra en scène notre vison de l’Age de glace. … voila voila voila, un grand sujet qui m’inspire beaucoup. Bon et puis pour cette épreuve les images parlent d’elle-même hein. Seul point positif, ah ben non du coup deux point positifs : je n’ai pas pleuré (oui oui l’envie était très présente) et ma glace au sirop d’érable était vraiment très très bonne et a plus au jury... pour ca je suis aux anges.

Bon malheureusement, c’est la dernière épreuve et je ne suis pas très bien placé. On attend le verdict final. Nous voilà tous sur les tabourets, je me retrouve un peu à l’école quand le prof te donne tes notes et que tu pries pour ne pas être le dernier, et bien là c’est pareil.

Julia commence par le tablier bleu de la semaine, qui est sans surprise Matthieu, vient alors le moment le plus délicat. Et la personne qui malheureusement nous quittera est Cristina. Cela me peine beaucoup car en deux jours nous avons pu commencer à créer des liens et les casser si rapidement c’est dommage. Mais comme on dit : « c’est le jeu »
Ce que je retiendrais de cette émission c’est qu’il faut que j’apprenne à me détendre car j’étais tellement stresser que pendant l’épreuve c’était moi et mon plan de travail. Impossible de faire plusieurs choses à la fois. Ce n’était donc pas moi. Et en plus de cela je ne me souviens pas avoir vu les autres pâtisser, j’entendais juste de temps à autre quelques mots mais c’était frustrant, moi qui suis de nature curieuse… vous n’imaginez pas. Je me souviens avoir remonter le moral de mon lapin clément, et du câlin de gaby pour que je ne pleure pas.
Ce que je peux d’ores et déjà vous annoncer c’est que nous avons un petit groupe de candidats dont les liens vont se resserrer épisodes après épisodes. Je vous en parlerais dans un autre article ;)

Mais voilà, une première émission difficile et j’avoue qu’il me tarde d’être à la deuxième.
Rdv donc mardi prochain.

Plein de bisous les ptits choux et merci pour tous vos messages


Emission 2


Selon moi, l’idée est plutôt pas mal mais dans la pratique créer 6 petites cerises en 2 heures… chaud les marrons, mais à cœur vaillant, rien d’impossible. Donc on y va, on lance la préparation, on répond aux questions du journaliste avec plaisir. Cette semaine c’est Alex, et je dois avouer que c’était une bonne semaine à travailler avec lui. Je me rappelle de cette épreuve où Rachel était derrière moi, et je l’entendais lancer toutes ces préparations et je me disais « olalala, mais mes cerises vont faire fade à côté ». Mais je ne me démonte pas et je continue. Je lance de temps à autre quelques petits regards a Gabriella qui elle aussi est sur le premier plan de travail, elle a l’air bien donc c’est super.
Arrive le moment de glacer mes cerises pour les rendre rouge, et là, je retiens mon souffle car j’aimerais que mon glaçage soit brillant et surtout sans bulle. Et la stupeur, c’est le plus beau glaçage que je n’ai jamais réalisé à ce moment-là. Je suis vraiment content. Maintenant il faudra attendre la dégustation pour savoir ce que le jury en pense.
Mais avant, nous allons déjeuner car le sucré c’est bien mais ça creuse, donc petit moment de restauration et surtout débrief des candidats entre eux. Un moment d’échange convivial, on est encore un peu sous tension, mais la pression retombe. C’est un moment que j’apprécie vraiment. Mais il est temps de retourner sous la tente pour le verdict.
Me concernant, il y a un petit débat sur la couleur de mes cerises. Cyril les aurait voulu un peu plus foncé, couleur cerise quoi. Mais…. Cyril je suis daltonien donc couleur cerise, merci les nuances encore…. Promis la prochaine fois je les ferai plus foncé. Outre la couleur, ils sont satisfait du gout et reconnaissent bien la forêt noire donc positif pour moi.
Le classement sur cette épreuve : dans les tops : sylvain, Jonathan et Nathalia, dans les flops : Laurence, Gabriella, et Clément.
Direction maintenant, le parc pour un petit moment ensemble pour décompresser des résultats. Tout ceci bien évidement dans la pression qui s’installe peu à peu, puisqu’il va falloir maintenant enchainer sur l’épreuve de Mercotte.
Nous revoilà derrière nos plans de travail à attendre la recette de Mercotte. On découvre quelques ustensiles et ingrédients et autant le dire, je ne vois absolument pas ce qu’on risque de faire. Le moment est venu de retourner la recette pour la découvrir. Là on peut donc découvrir l’ampleur du travail qui nous attend. Bon j’avoue en soi la recette n’est pas la plus compliqué, mais il faut tout de même faire 50 dedos de Bruja. Non mais 50, ça me parait impossible d’en sortir 50. Je vois à quoi cela ressemble mais 50….
Je me lance donc dans la recette, et rien n’est vraiment compliqué si ce n’est la cuisson…. Et oui lors de la cuisson, les doigts préalablement  formés s’étale a vu d’œil…. Comme dirait julia j’ai plutôt réalisé des panini. Petit moment de complicité avec Julia, qui me conseille. Je décide donc de l’écouter et faire des doigts un peu plus petits pour qu’il s’étale moins.
C’est dans la course que je fini mon épreuve puisque il faut passer la 3ème pour sortir les 50 doigts que Mercotte désire. Mais l’épreuve se termine, j’ai ma compoté, des doigts plus ou moins réguliers.
Pour le classement, je suis 6ème et je suis plutôt satisfait. Avec Leila et Gabriella on se suit dans le classement. On ne se lâche presque pas. 
Le lendemain, nous voilà fin prêt pour l’épreuve créative, avec le chef. 3h30 d’épreuves nous attendent et je suis tout excité car cette épreuve là me plait. Derrière mon plan de travail, j’attends que Julia et le jury arrive pour nous donner le thème de la journée, les créatures d'halloween. Et je dois avouer que les idées fusent, et je m’arrête sur un visuel bien sale. Quelque chose de bien gore, avec du sang. Une épreuve sur laquelle je m’amuse beaucoup, malgré quelques difficulté de cuisson et d’imbibage, ce qui du coup gâchera un petit peu la dégustation.  Il s’agissait de ma première tête de zombie sculpter à la main, et ça se voit, mais bon. Résultat plutôt satisfaisant.
Durant l’épreuve, j’ai eu l’occasion de voir le travail de Rachel et Gabriella et je dois avouer que c’était vraiment top. J’avais eu l’idée du cœur, mais premier arrivé, premier servis… donc je me suis rabattu sur autre chose. Et elle a plutôt bien réussi le cœur donc nickel. Je me souviens particulièrement de la dégustation du gâteau de sylvain. Son gâteau au maroilles. Qu’est-ce que j’ai ris. Il fallait oser, mais qui d’autre que notre sylvain aurait pu aller aussi loin ?
La dégustation finie, il faut passer à l’annonce du tablier bleu, qui est sans hésitation pour Jonathan. Quant à la personne qui nous quitte, il s’agit d’andrée.
Une émission mitigé pour moi, tout n’était pas au top, mais tout n’était pas dans flop non plus. Donc une bonne émission.
 
En route pour l’émission 3 sur les biscuits.
N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous avez pensez de cette émission.
A très vite les ptits choux,
Plein de bisous

Emission 3


Donc on commence avec l’épreuve du classique revisité, et pour cette spéciale biscuit, Cyril a choisi la charlotte. Défi de taille pour un biscuit que tout le monde connait, que tout le monde a déjà gouté. Le défi est de le revisiter aussi bien sur le visuel que dans les saveurs. L’avantage que l’on a avec la charlotte, c’est que l’on peut la décliner dans des milliers de façon.
Je me lance donc dans la création d’un club sandwich version charlotte. Deux génoises qui entourent ma bavaroise au fruit de la passion avec des ananas pochés au rhum. J’ai ajouté une petite difficulté, en mettant les initiales de l’émission sur mon biscuit. Donc concentration oblige, il faut des lettres droites et surtout, surtout les faire à l’envers…. Mais défi réussi et j’en suis content. Cette épreuve se passe plutôt bien pour moi, je suis en avance, et je prends même le temps d’embêter et surtout de regarder Gabriella galérer avec sa bombe de velours. Oui Oui des fois je suis sadique je sais. Mais elle m’aime quand même, et puis moi aussi. Quand j’y pense, son dessert était vraiment sympa, j’aurais pu faire le même niveau visuel, et même saveur tiens quand j’y pense. Encore un bon moment de complicité avec Julia quand elle passe à mon plan de travail, qui n’a pas été montré, mais je l‘ai vécu donc tant pis.
L’épreuve se termine, et c’est le moment de la dégustation. Tout se passe bien pour moi, épreuve en demi-teinte pour Cyril, mercotte est plutôt enthousiaste donc ça va.
Résultat de l’épreuve : sylvain et leila dans les tops, et Gabriella et Laurence dans les flops. Mais rien n’est encore fais, tout peut se jouer.
C’est alors le tour de l’épreuve technique de mercotte. Et pour cette épreuve sur les biscuit, Mercotte a choisi les jaffa cakes. Lorsqu'on arrive sous la tente, on découvre les oranges, la machine à jus, les emportes-pièces, le moule à génoise. Là j’ai très peur. Je me lance dans la lecture de la recette, tout de suite je reconnais les pims (on est pas à la télé donc je balance direct le nom). Comme à son habitude, Mercotte ne nous a pas tout dit, mais je me lance. Un peu en retard selon Julia, qui passe me mettre un petit coup de pression, mais je reste zen et confiant, je préfère prendre mon temps.
Après les 50 doigts de sorcière, les 36 jaffa cakes ne m’ont pas fait peur. Lorsque l’épreuve se termine, je vois les réalisations des autres et j’ai très très peur, car mon résultat n’est pas exactement pareil. Mais bon, l’épreuve est fini donc pas le choix que d’attendre.
La dégustation arrive, et malheureusement pour moi je passe en dernier. Donc la pression monte, monte, monte, surtout que mercotte enchaine les : « Pas Jaffa cakes » donc j’ai peur. Arrive mon tour et la… stupeur « alors ma mercotte, jaffa cake ou pas jaffa cake ? » « Jaffa cake ». Pas un demi jaffa cake, pas un pas du tout, pas un quart, un jaffa cake quoi. La pression redescend car la dernière place s’éloigne, et quel ne fut pas mon étonnement, quand le verdict tombe : 1er….. Non mais moi premier sur une épreuve de mercotte. Pour moi, ça vaut un tablier bleu. Je pars en interview, et me coucher le cœur léger. Surtout quand on sait ce qu’il m’attend le lendemain, ce n’était pas du luxe que d’arriver premier.
Le lendemain pour l’épreuve créative, on découvre en entrant sous la tente, la roue. De la fortune ? Non, sinon j’aurais été content. Mais une roue nous indiquant les sculptures que nous devrions réaliser en biscuit.
Nous passons donc les uns après les autres, et en passant dernier et bien je récupère celui que personne ne voulait…. La grue ! Une grue quoi….. Comment faire une grue en biscuit, car double épreuve pour moi : respecter les 40cm de haut demandé, et surtout une grue qui tienne l’équilibre… enfin bon, le résultat est là. J’ai plus fait le show que de la pâtisserie car bon ma grue s’est cassée juste avant la fin de l’épreuve donc pas le temps de la refaire…. Mais j’aurais beaucoup rigoler. J'ai quand même pris le temps d’aider laurence qui galérait avec son pont…. Je me plains de ma grue mais le golden gates Quoi…. La production à abuser mais c’était drôle.
Vient le moment de la dégustation et fort heureusement, j’ai gardé mon casque car les critiques fusent et elles sont fondées, je les assume, mais je n’ai pas pu vraiment faire autrement…. A ce moment-la, j’ai en mémoire la dégustation de pomponette, la girafe de rachelle, le dino de leila et la tour eiffel de clément.. une dinguerie tout ça. Je me sens un peu loin d’eux ... mais bon.
C’est alors le moment qu’on attend tous avec plus ou moins d’engouement. Le tablier bleu est donné à Jonathan, et c’est malheureusement notre belge Laurence qui quitte le concours. Et autant vous dire une belle personne, une bonne cuisinière avec une bonne patte de pâtissière.
Pour ma part, je vous donne RDV la semaine prochaine pour la spéciale Italie, et j’espère que le peu de sang italien qui coule dans mes veines ressortira pour me faire aller encore plus haut.
Mais avant n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, en me disant ce que vous avez pensez de l’émission.
En attendant de vous lire, je vous fais de gros bisous, et je vous dis à bientôt mes ptits choux.


Emission 4

On commence avec l’épreuve du classique revisité, et stupeur lorsque cyril enlève la cloche. Cette semaine nous ne devrons pas revisiter un gâteau, mais réaliser un gâteau à partir d’une boisson chaude : le cappuccino….. Merci cyril pour la petite blague du jour. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une blague, nous avons deux heures pour faire d’une boisson, un gâteau.

Je ne perds donc pas de temps et je décide de réaliser un cappuccino en forme de donuts, avec une mousse au café, un crémeux chocolat caramelia, un biscuit imbibé au café, et une mousse de lait à base de lait concentré. Dans ma recette un seul problème pour moi, la mousse de lait, puisque réaliser habituellement sur le cappuccino elle est éphémère…. Donc comment faire pour qu’elle ne retombe pas jusqu’à la dégustation. Et bien on croise les doigts. Ma recette se passe sans encombre. Cette semaine j’ai Rachel derrière moi et je sens ses ondes positives me porter, et j’avoue que cela m’aide.

Au moment du dressage j’enrobe les donuts de cacao sans sucre et je dois avouer que j’ai eu la main un peu lourde sur le cacao…. Cela me sera reproché à la dégustation et c’est normal, mais tout le reste est bon donc je suis content. Le résultat de cette épreuve : rachel et sylvain arrivent dans les tops, quant à nathalia et jonathan, malheureusement leur cappuccino n’ont pas plu. Mais rien n’est encore joué.

De retour sous la tente, on découvre les ingrédients et le matériel mis à notre disposition pour l’épreuve de mercotte, et je vois tout de suite, le laminoir, et l’huile dans une casserole….. Là j’ai très très peur… Mercotte nous laisse donc avec sa célèbre phrase : « lisez bien la recette », merci mercotte pour l’aide…. Julia nous annonce que nous avons 2h pour réaliser 30 cannolis. C’est parti, on retourne la feuille et là….je me décompose…. La recette est en italien ! Par chance, j’ai pris espagnol en deuxième langue (ressemblance de certains mots) et cela me permet de me débrouiller tant bien que mal, même si je prends volontier le dictionnaire que julia nous offre. Je déchiffre avec un peu de mal la recette, et je laisse parler mes petites origines italiennes.

J’enchaine donc les préparations, et met tout en œuvre pour réaliser les meilleurs cannoli possible. Mais c’est sans compter la cuisson des tubes de pâte dans l’huile….. Ne pas les sortir blanc ou noir au choix, mais surtout que la pâte reste collée pour avoir un tube et non un tacos…. Je reste concentré et me donne au max.

La fin de l’épreuve pointe le bout de son nez, et j’ai encore quelques tubes à cuire, et l’intégralité de tubes a garnir…. L’angoisse !!! Mais je ne lache rien, mercotte a demandée 30 cannoli, je lui donnerai 30 cannoli.
5, 4, 3, 2, 1, terminé. Le dernier cannoli posé dans l’assiette "in extremis" mais j’ai les 30 youhouuuuuuuuu. 30 cannoli plutôt réguliers, donc je suis super content. La dégustation commence et ce que je peux vous dire c’est qu’en live, qu’est-ce qu’on a rit….à en prendre des fous rire. C’est sous une tente qui pue la friture que cyril et mercotte donnent le classement, et surpris je suis 3ème. Je suis assez content même si je me suis battu pour avoir le compte.
Les journées de tournage ralentissent et je dois vous dire que cela fait beaucoup de bien de gagner deux heures. Quelques heures de sommeil en plus ça n’est absolument pas négligeable. Direction le dodo pour affronter la créative pleinement.

C’est donc requinqué que nous arrivons sous la tente, avec une grande hâte, celle de découvrir le sujet du jour. Pascal caffet, arrive sous la tente, et Julia nous annonce le thème du jour : réaliser un gâteau pour 10 personnes représentant notre vision de l’Italie. Nous avons 3h30 pour nous envoler vers l’Italie.

C’est donc parti pour 3h30 a pâtisser avec une seule idée en tête : ma famille. Pourquoi ma famille me direz-vous? Et bien tout simplement car j’ai décidé de réaliser un trompe l’œil, en faisant un plat de spaghetti. Les spaghetti, chez nous c’était sacré. C’était LE plat du dimanche, et des invitations surprise. Le plat que mon papa préparait, avec une bonne sauce bolognaise. Donc forcément je suis porté par tout cet amour familiale que j’ai reçu.
Je garde donc des saveurs italienne : une génoise imbibée au limoncello, et un cream cheese au citron basilic. Mais c’était sans compté sur le passage de Julia et du chef. Qui lorsque je lui ai annoncer ce que mon gâteau contenait a eu très peur du sucre. Donc changement de recette. Le cream cheese est devenu une simple chantilly sans sucre au basilic, et mes spaghettis en pate à sucre, des spaghettis en chocolat blanc. Et en parlant de spaghetti en chocolat, heureusement que le chef a été présent pour moi, afin de me montrer la technique pour obtenir l’effet visuel escompté. Un Grand merci à lui encore.
J’ai survolé cette épreuve mais ça n’a pas été le cas de tout le monde, notamment pour rachel. J’étais derrière et je la voyait pleurer car elle loupait sa crème au beurre, j’ai eu beaucoup de peine pour elle, car elle mettait toute ces tripes dans son gâteau, et je sais ce que c’est que de tout donner et de ne pas réussir. Je suis donc allé la voir rapidement, au moins pour qu’elle sache que j’étais là pour la soutenir. De l’autre côté, j’entendais Gabriella parler à sa souris et j‘ai beaucoup rit.

Arrive donc la fin de l’épreuve et surtout la dégustation. Tous les autres passent, je suis l’avant dernier. Lorsque je me suis avancé avec mon plateau, je vois encore le regard de cyril tout étonné, et je me souviendrais toujours de la phrase qui m’a valu les applaudissements : « la gamelle de pates restera dans les annales du meilleur pâtissier ». Et ça… J’achète comme dirais l’autre. Non mais en revenant sur terre, la dégustation se passe très bien, le gâteau plait donc c’est super.

Comme tous les mardis arrive le moment que tout le monde redoute.
Le tablier bleu est remis sans surprise à rachel pour sa semaine au top, et malheureusement c’est nathalia qui quitte le concours cette semaine.

Je suis donc en lice pour une 5ème semaine qui s’annonce renversante. Et oui le thème est : les gâteaux renversés.  Une semaine sans dessus dessous nous attends donc.

Je vous dis à très vite mes ptits choux et je vous fais pleins de mimis.

Emission 5


Je dois dire que je commence cette émission sans grande envie, puisque vous le savez nous avons les sujets un peu à l’avance, pour les préparer un minimum, et je dois dire que le sujet de la tarte tatin ne m’inspire mais alors pas du tout. Je n’en ai jamais fait de classique alors la revisiter, qui plus est sans pomme… bonjour l’angoisse pour moi….
Je suis donc têtu comme une bourrique et décide de choisir le seul fruit qui n’est pas compatible avec de la gélatine…. La mangue ! Et le tout dans un moule qui est d’ordinaire magnifique mais là je prends un très gros risque. Je sais donc d’avance que mon dessert ne rendra absolument pas ce que je veux, mais je m’obstine et je continue…. Le résultat est donc sans appel : s’est moche et pas bon. 
Le verdict n’est donc pas étonnant pour moi, c’est même logique, je suis juste déçu de le partager avec clément.
La semaine est lancée et elle s’annonce compliquée. Et pour bien continuer sur cette lancée, mercotte nous demande de réaliser : une pomme au riz
Toute la complexité d’une tarte tatin ajouté à la complexité d’un riz au lait…. Je n’ai jamais fait, ni mangé de tarte tatin et de riz au lait, et je dois la maintenant tout de suite en 1h30 réaliser la recette…. Heureusement que cette semaine-là clément est devant moi, je ressens toute son énergie, sa bonne humeur et même si je galère un peu avec cette épreuve clément m’apaise beaucoup. Cette semaine-là on peut voir que le démoulage et moi ça faisait 15 puisque mes pommes sont restées dans le fond de mon moule….. Je termine l’épreuve avec perte et fracas, je poche quelques pâtés de meringue que je n’ai même pas le temps de dorer au chalumeau… résultat : décevant
Grande surprise pour moi de ne pas me retrouver dernier…. Mais bon je ne suis pas dans le haut du classement non plus hein. A ce moment-là, je sais que je quitterais l’aventure le lendemain et je pense à ma dernière épreuve.
Une nuit à cogiter et je décide de tout chambouler dans ma recette, pour faire quelque chose de simple et bon. Je voulais quitter l’aventure la tête haute avec un gâteau beau, dans le thème et bon.
Et c’est typiquement ce qu’il s’est passé, visuellement j’ai pris de très gros risque puisque je ne l’avais jamais testé, et il y avait un risque que le donuts s’effondre et ne tienne pas, mais ça n’a pas été le cas, il a même été salué pour le visuel. Maintenant gustativement, c’est une autre histoire, mais ce n’est pas non plus une catastrophe : c’est bon mais simple.  
Malgré la réussite de ma dernière épreuve les gens sur le plateau essaie de me réconforter en me disant que mon dernier gâteau était top, mais rien n’y fait je sais que je pars ce soir…..
Pendant l’annonce de mon départ c’est le tourbillon dans ma tête je repense à tous ces bons moments que j’ai passé avec l’équipe de production, avec julia et surtout avec mes copains de l’aventure, mes petites pestouilles. Les larmes que j’ai tenté de garder en moi sont sorties à cause de julia. Car tout n’est pas montré au montage mais j’ai senti que Julia n’était pas heureuse d’annoncer mon départ et c’est ça qui m’a fait craqué.
Je sèche mes larmes, je fais ma dernière interview, je rends mon tablier et je rentre à Lyon.
Cette aventure m’a été énormément bénéfique, aussi bien personnellement, puisque j’ai changé ma façon de pâtisser mais surtout j’ai fait évoluer ma pâtisserie et ça grâce à tous les précieux conseils que j’ai pu avoir. Je ne m’arrêterais pas là. Une nouvelle aventure commence pour moi et j’espère que vous serez nombreux à me suivre dans tout ce que je vais vivre maintenant.
A bientôt pour de nouvelles aventures  mes ptits choux.